La commune comprend également 28 kilomètres de chemins pédestres dont 20 kilomètres non balisés et 8 kilomètres de chemins pédestres balisés.

Ces chemins sont répertoriés au travers de parcours de randonnée connus qui permettent à la fois de découvrir une nature verdoyante ainsi que de s’adonner à un sport de plein air apprécié des habitants de la commune.

Il convient de préciser que les chemins qui vont être cités au sein de cette partie sont des randonnées établies. Par contre, il existe autant de chemins qu’il y a de volontés. Leur nombre est ainsi infini.

I La randonnée Catherine Schilling 7 km / 2 heures

A La carte

B Le parcours

En face de l’église, entamez votre balade en empruntant la rue Abbé Watrin. Arrivé au carrefour, traversez prudemment la D 656 et continuez tout droit sur le chemin vers la forêt jusqu’à une place où vous trouverez un séquoia qui fut planté à cet endroit pour marquer le passage à l’an 2000(1).

Pénétrez dans la forêt puis tout de suite à droite, suivez le sentier aménagé cheminant en lisière de forêt et sur lequel vous découvrirez une série de sculptures métalliques de facture contemporaine et assez originales ainsi que des panneaux pédagogiques sur le thème de la forêt (2). A la sortie du bois, le chemin vous mènera en ligne directe rue des Prés au quartier Petit-Ebersviller.

Descendez par la rue du Stade. A son extrémité, franchissez le Rosselbach pour vous diriger à droite vers le grand rond-point. Traversez prudemment ce grand carrefour et en face gagnez le chemin qui desservait autrefois une maison de garde de passage à niveau du chemin de fer aujourd’hui disparue. Ce chemin assez raide dans sa première partie se scinde en 2 et à droite, vous conduira jusqu’au sommet du Mettenberg (3). A cet endroit, point culminant de votre balade (320 m), profitez du panorama qui s’offre à vous.

A proximité de l’abri construit sur un domaine privé, continuez en longeant l’extrémité d’une pinède puis à gauche entamez la descente vers le village pour rejoindre votre point de départ.

A noter que cet itinéraire a été créé en collaboration avec les élus de la commune et quelques pionniers de la section des Gais Marcheurs de Macheren ; il porte le nom de Catherine Schilling, en mémoire d’une centenaire du village.

C Les spécificités du parcours

(1)Place du séquoia : sur cette place en lisière de forêt vous découvrirez un imposant séquoia (étymologie du nom voir circuit 6) qui fut planté à cet endroit par un ancien et un jeune de la commune pour marquer le passage à l’an 2000.

(2)Chemin Eden : acronyme de « Entretien Des Espaces Naturels » : chemin pédestre qui relie les quartiers de Macheren et Petit-Ebersviller. La commune y créa sur son tronçon forestier, un sentier pédagogique avec ses panneaux qui vous dévoileront quelques richesses sur la nature qui nous entoure. Vous y découvrirez également les sculptures métalliques réalisées par M. Belvoix sculpteur sur métaux à Erstroff.

(3)Mettenberg : situé sur le relief du ban de Macheren, ce lieu offre un large panorama, au Sud jusqu’aux Vosges (Donon), au Nord St Avold et ses industries, à l’Est la vallée de la Nied et le chevalement de l’ancienne mine de Folschviller et le massif forestier.

D Informations générales

A l’entrée de Moulin Neuf en venant de Saint-Avold, tout au bord de la route, se trouve une ancienne chapelle mais d’un accès assez délicat. C’est la famille Bour qui la fit ériger en 1910 pour abriter des statues anciennes.

Au premier rond-point de Moulin Neuf en venant de Saint-Avold, prendre la ruelle à droite jusqu’à son extrémité. Un peu plus loin s’élevait, dans l’antiquité, un temple dédié à Diane. Sur ses fondations a été construit, en 1771, l’oratoire de Heiligenbronn (ou oratoire de Bonne Fontaine) consacré à Saint-Fridolin et à Saint-Fiacre, patron des jardiniers et des cochers. Ici coulait une source qui disait-on, guérissait les maladies des yeux. Les deux statues latérales décapitées représentaient la Vierge et Saint-Jean.

II La randonnée Alain Christophe 7 km / 1 h 45

A La carte

B Le parcours

Descendez à droite de l’église pour emprunter la rue du Lavoir (2), traversez la D 656. Prenez ensuite la rue puis la route forestière de la Grande Frêne qui après 1,5 km environ, va tourner à droite pour vous mener à un refuge de chasseurs.

Poursuivez dans la même direction et vers la fin de la sapinière, tournez à droite là où le sentier forme une épingle à cheveux. Le chemin qui de moins en moins matérialisé, va serpenter entre les arbres pour rejoindre vers la gauche, une autre sapinière. Au milieu de celle-ci, remontez à angle droit pour arriver à découvert. Repartez ensuite à droite et après avoir traversé une vaste plantation de frênes, prenez à gauche sur une cinquantaine de mètres. Entrez dans la forêt pour en longer la lisière jusque sur les hauteurs. Enfoncez-vous dans le bois par un petit sentier qui plonge vers la place où s’élève le séquoia de l’an 2000 (2). Traversez la place pour emprunter le chemin rural jusqu’à la D 656, traversez pour rejoindre la rue Abbé Watrin qui vous conduira jusqu’à l’église votre point de départ.

C Les spécificités du parcours

(1) La commune de Macheren : Macheren et Petit-Ebersviller formaient d’abord une métairie de la seigneurie épiscopale de Hombourg-Saint-Avold qui fut vendue en 1581 au Duc de Lorraine.

Pour juger de l’importance de ces deux localités à cette époque, il faut savoir que 17 conduits imposables étaient recensés dans le premier village, 23 dans le second ; Saint-Avold en comptait 239. Aujourd’hui la commune de Macheren regroupe près de 3000 personnes, celle du chef-lieu de canton, 18000, pour une superficie dépassant à peine le double.

En 1681 le fief passa aux Seigneurs de Furst. Commune indépendante en 1790, Petit-Ebersviller fut réuni à Macheren en 1811 pour former un territoire de 1695 ha, dont 600 de forêts.

Cette commune «éclatée » possède, de par son histoire et sa situation, une configuration peu ordinaire et des structures complexes pour qui n’y habite pas.

En effet, le village de Macheren, aux contours peu définis, s’étend au milieu de la campagne, en marge des axes de circulation ; Moulin Neuf est regroupé autour d’un grand carrefour ; Petit-Ebersviller est une agglomération suburbaine ayant profité, avec sa cité et ses lotissements, de la proximité de Saint-Avold.

Même originalité sur le plan religieux. La paroisse de Petit-Ebersviller comprenait, du XIIIe au XVIIIe siècle, quatre chapelles : Macheren, Guenviller, Valmont, Holbach. De 1804 à 1843, elle constituait une annexe de Guenviller. Depuis 1843, elle dépend de la paroisse de Macheren. La mairie de la commune se trouve quartier Petit-Ebersviller.

(2) L’église Saint-Thomas : qui date de 1760 ne se trouve pas au milieu du village, mais sur son point culminant. Elle domine la Place des Charrons et son lavoir-abreuvoir construit par les prussiens durant l’annexion de 1870.

(3)Le séquoia de l’an 2000 : voir les planches des circuits 6 et 7.

D Informations générales

Cet itinéraire a été créé en collaboration avec les élus et quelques pionniers de la section des Gais Marcheurs de Macheren ; Il porte le nom d’Alain Christophe en mémoire du garde forestier qui en a défini son tracé.

III La randonnée Les quartiers 5,5 km / 1 h 30

A La carte

B Le parcours

En partant du portique d’informations du circuit situé devant la mairie, descendez par la D 20 rue du Wenheck. Tournez ensuite à droite, et par le début de la rue du Stade et la rue principale du lotissement du Ruisseau, entamez une grande boucle autour du village. Ne manquez pas le passage piétonnier entre deux maisons et continuez jusqu’à la rue du Chemin de fer. Passez ensuite sous le pont ferroviaire pour vous engager sitôt à votre gauche, dans la rue des Primevères aboutissant sur un sentier. Continuer dans cette voie parallèle à la ligne de Chemin de fer (3) et qui longe les clôtures de parcs pour se terminer à hauteur des jardins ouvriers et d’un parking. Traversez ce dernier en diagonale pour accéder ensuite par quelques escaliers à l’impasse du Château. Passé cette impasse, vous apercevrez un peu plus loin, l’imposant bâtiment abritant l’école primaire Les Mésanges. Dirigez-vous vers cette école en traversant un espace vert sur petit sentier jusqu’à sa clôture. Prenez ensuite à votre droite le trottoir de la rue de Strasbourg jusqu’à hauteur de la rue de Château-Salins que vous suivrez sur toute sa longueur pour aboutir sur le chemin des écoliers macadamisé. Chemin, qui vous fera rejoindre la rue de Delme. Partez à gauche sur une courte distance et face à un parking, enfilez-vous dans un étroit passage qui vous mènera sous les frondaisons du petit bois de Hoste. Suivez bien les anneaux bleus pour traverser et quitter ce petit “poumon vert” à hauteur de la D 20. Traversez prudemment l’axe routier sur le passage protégé. Partez tout de suite à votre droite sur le sentier en schiste qui longe les premiers immeubles collectifs du Wenheck (5).

Quittez ce chemin par quelques escaliers pour prendre le trottoir de la route qui vous conduira à quelques pas de l’église Saint-Jean (4). Dans le virage juste avant l’édifice, partez à droite rejoindre le lotissement des Hauts Prés.

Descendez ensuite par le chemin aménagé le long de sapins et une ruelle pour ainsi rejoindre, la D 20 et son trottoir jusqu’au village de Petit-Ebersviller (1). Juste avant de retrouver votre lieu de départ, prenez la rue montante du Centre et faites encore un petit tour autour de l’église dans une ruelle typique du vieux village.

C Les spécificités du parcours

La commune de Macheren est composée de plusieurs quartiers : le village de Macheren, Petit-Ebersviller (village, lotissements, cités) et Moulin Neuf.

(1)Le village de Petit-Ebersviller: ce hameau appartenait à l’abbaye de Saint-Avold. Ne
manquez pas d’en apprécier le cachet très particulier et les diverses facettes aussi longtemps qu’il est visible, au début et à la fin de votre parcours. L’église dédiée à Saint-Etienne date de 1676. On y trouve des autels de style baroque et un baptistère à motifs floraux et planétaires. On appréciera le pittoresque de cet édifice à clocher bulbeux entouré de maisons anciennes, dont certains porches sont d’époque.

(2)La berline de charbon : visible peu après le départ montre tout l’attachement porté dans la région à «l’or noir».

(3)La voie ferrée : il s’agit de l’importante ligne Paris – Francfort qui dessert le Bassin Houiller.

(4)L’église Saint-Jean : magnifique lieu de culte rénové en 1999.

(5)Le Wenheck : Les immeubles de ce quartier de Saint-Avold construits entre 1952 et 1955 étaient la propriété de la ville et des H.B.L. Ils ont longtemps servi aux besoins de la base aérienne canadienne de Grostenquin et furent réhabilités en 1984.